Etape 19: Iguaçu (par Julie)

Samedi 8 novembre, nous quittons Buenos Aires pour aller rendre visite à nos nouveaux hôtes, Lautaro et Mai, à Benavidez. C'est un couple de cyclotouristes, que nous avons contacté grâce au site 'warmshowers'. Ils nous accueillent dans leur grande maison. Nous devons attendre nos vélos, et nous ne savons pas combien de temps. Pas de problème pour eux, nous pouvons rester le temps qu'il faut jusqu'à ce que ça s'arrange. Après Felipe qui nous laisse son appartement, l'accueil et la générosité des Argentins semblent se confirmer...

En attendant que la poste veuille bien nous rendre nos vélos, nous décidons d'aller visiter les chutes d'Iguacu, que nous avions découvertes avec Nicolas Hulot quand nous étions de jeunes etudiants, et qui nous font rêver depuis ce temps!...


Le mardi, nous nous rendons à Puerto Iguacu en bus 'camacoche', avec des fauteuils qui s'allongent. C'est un trajet de 17h, qui ressemble un peu à un voyage en avion, avec films et plateaux-repas. Nous arrivons le mercredi matin et nous nous faisons indiquer un hostel.
Les chutes d'iguacu se trouvent à la frontière de 3 pays: l'Argentine, le Brésil et le Paraguay. Elles se visitent du côté brésilien (où il y a des promenades à faire estimées à 2 heures environ, et on approche les chutes par la gauche) et du côté argentin (où il y a des promenades de 7 heures et on marche du côté droit des chutes, sur des passerelles qui passent au-dessus des rivières).
Comme la nuit n'a pas été des plus reposantes, nous décidons de faire le 'petit' côté: en route pour le Brésil!
Nous commençons par le point de vue le plus éloigné des chutes. Déjà, la vue est époustouflante. Nous sommes face aux chutes du territoire argentin, et il y a vraiment beaucoup de rivières qui arrivent et qui coulent ici! Partout où nos yeux peuvent voir, il y a des chutes: des petites à droite et des plus grosses à gauche. Et on s'approche au fil de la promenade des grosses. Le bruit est de plus en plus fort. En s'approchant encore, on decouvre la forme en U des chutes, complètement cachée jusqu'à maintenant. Et derrière, on aperçoit la forêt brésilienne, dense et tropicale. La jungle quoi! Deuxième coup de massue devant cette merveille de la nature! C'est puissant.
Une passerelle nous permet d'aller tout près des chutes. C'est une vraie douche! Et le bruit est presque assourdissant!
En ce qui concerne la faune, nous avons vu un long serpent noir et blanc en train de glisser sur une branche, un toucan, moultes oiseaux et insectes, et des dizaines de coatis, qui ressemblent à des petits tamanoirs, et qui nous ont empêché de manger pendant toute notre visite car ils sentent la moindre miette de chips et viennent pour te la prendre des mains. Une dame s'est fait arracher son sac plastique de pique-nique juste devant nous, et partout dans le parc, il y a des affiches qui préviennent qu'il ne faut pas nourrir les coatis car ils peuvent nous blesser avec leurs griffes et leurs dents. Autant dire que l'on se méfiait d'eux!
On rentre à l'hostel et on peut faire un petit saut dans la piscine car il fait chaud! Une autre cliente de l'hostel, Laura, une Argentine qui vit ici dans l'attente de son visa pour le Brésil en vendant des bracelets en macramé, nous prévient qu'aujourd'hui, il fait chaud, mais que ça peut être beaucoup plus que ça, et une chaleur plus humide.

Le lendemain, nous sommes allés dans le parc d'Iguaçu du côté argentin. Et là, il faisait vraiment chaud. A midi, c'était presque étouffant... On nous prévient qu'une partie des passerelles est inaccessible depuis juin de l'année dernière car les crues l'ont détruite. Nous pouvons quand même nous promener au-dessus de nombreuses rivières, des petites d'abord, et

des plus grosses lorsqu'on s'approche du U.
C'est ma-gni-fique! On sent Gabin impresionné. Pour Zoé, c'est plus difficile à dire car elle répond juste 'ah oui' lorsqu'on lui montre cette vue exceptionnelle. Peut-être que plus tard, en regardant les photos, elle voudra y

retourner... C'est une grande journée et ils marchent beaucoup, sans râler. Nous pouvons admirer de nombreux toucans de ce côté-ci, et toujours ces fameux coatis, mais tout de même moins nombreux car il y a moins de passerelles dans la forêt, on est plus au-dessus de l'eau.

Le lendemain, nous restons à l'hostel à cause de la pluie, qui ne s'arrête pas de la journée. Nous passons beaucoup de temps à jouer aux petits chevaux! Un film ou deux, et la journee se passe.
Samedi, il fait de nouveau soleil. Nous voulons aller visiter un jardin où il y a des colibris, mais c'est fermé. Pour se consoler, nous allons manger un asado (plusieurs morceaux de viande au barbecue, plat typique argentin) dans un

restaurant.
Nous faisons une promenade dans la ville de Puerto Iguacu. La ville est bien propre. Les gens n'ont pas l'air de souffrir de la sécheresse car ils font couler l'eau abondamment pour nettoyer leur cour et leur trottoir. Les plantes que l'ont voit en pot chez nous sont ici des arbres magnifiques, d'un vert éclatant, qui tranche avec le rouge de la terre.

Très belle visite!

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis