Etape 29 : Premiers pas en Bolivie et Excursion dans le Sud Lipez (par Julien)

Au passage aux douanes pour entrer en Bolivie, nous observons le ballet de pousseurs de charrettes, des dizaines de personnes font des allers retours entre les 2 pays. Ils partent en Bolivie remplis et reviennent à vide. Ca fait un peu penser à Intervilles sans la vachette.
Là, nous faisons une nouvelle rencontre paranormale. Marie et Sébastien, un couple de Parisiens, sont eux aussi en train de faire une grande balade dans le monde sur le dos d'un Pino (c'est le nom de notre tandem étrange). Ils rejoignent les rangs de notre grande équipe avec leur bonne humeur. Nous formons maintenant un peloton de 10 aventuriers.
On franchit un pont pour passer en Bolivie. On pensait ne pas trop être dépaysé car depuis 200 km, on avait déjà l'impression d'avoir changé de pays, mais pourtant, l'ambiance est tout de suite différente. Les femmes avec leur grand châle, leur chapeau melon et leur jupe à la forme si particulière, les enfants qui mendient... Une impression de plus grande pauvreté se dégage de Villazon par rapport à La Quiaca, juste de l'autre côté du pont. Après une nuit dans un hôtel tenu par un senor de 92 ans, nous partons en direction de Tupiza. C'était la journée de tous les records. 93 km parcourus et une pointe à 65 km/h. A 15 km de l'arrivée, Julie ne trouve plus la force d'avancer. Elle craque, elle se dépasse et finalement nous arrivons à rejoindre Tupiza avant 19 h. Le soir, je vais chercher des pizzas à 3 quadras de notre auberge. Un énorme orage éclate et les rues se transforment en rivières. L'eau dépasse les hauts trottoirs, par endroit il y a plus de 20 cm d'eau avec beaucoup de courant. Sur la dernière traversée, je tombe, je perds une tong (que je retrouverai miraculeusement dans un parterre de fleurs le lendemain 100 mètres plus bas), la bouteille de vin m'échappe et finit dans le mur de la maison d'en face mais je sauve les pizzas.
Nous passons la journée suivante à chercher une agence pour faire une excursion de 4 jours dans le Sud Lipez, une région réputée comme une des plus belles du monde. Ici, nous croisons énormément de Français de tous les âges. Nous finissons par trouver une agence et une façon d'expédier nos vélos jusqu'à Uyuni, 200km plus au Nord.
Le lendemain, départ à 7 heures du matin. Ici c'est l'été (mais comme on oscille entre 3000 et 5000m il fait froid quand même et c'est aussi la saison des pluies). Les prévisions nous annonçaient de la pluie pendant 4 jours, nous n'en verrons pas une goutte.
Nous chargeons les 4x4 et nous partons dans un monde surnaturel guidés par Edwin, Ismael et Celia (la cuisinière). Pendant toute l'excursion, on en prend plein les yeux. Nous n'avons eu aucun problème avec l'altitude bien que nous soyons montés à 5000 m. Il faut dire que quand on voyage au rythme du vélo, on a le temps de s'acclimater.
Les sols ici regorgent de richesses (de l'or, de l'argent, du cuivre, de l'arsenic...) Tous ces minéraux donnent des couleurs surprenantes aux montagnes et aux lagunes. Nous avons visité également une ancienne cité Inca. Nous croisons souvent des autruches, des vigognes et des lamas avec des petits chouchous roses sur les oreilles. Sur les lagunes (verte, turquoise, rouge, noire...) nous observons des milliers de flamands roses. Nous nous sommes approchés tout près de geysers. On entend l'énorme souffle de la Terre et on regarde la lave bouillir tranquillement. Nous nous sommes baignés dans une source d'eau chaude (35 degrés) au bord d'un grand lac, les gamins ont adoré. Et le clou du spectacle, le salar d'Uyuni. Un grand désert de sel, plat et blanc. Notre oeil n'arrive pas à distinguer le sol du ciel. Lever de soleil magnifique, magique, incroyable... Gabin et Zoé, debout depuis 5 heures du matin sont eux aussi émerveillés par le spectacle. On visite ensuite l'île des pescadores et ses cactus géants. Après une séance photo rigolote où on se joue de la perspective, nous voyons comment est exploité le sel dans le salar (en gros avec une pelle on remplit des camions qui le transporte dans une autre ville pour le laver et le commercialiser). Enfin, nous visitons un cimetière de train et nous rejoignons la triste et touristique ville de Uyuni. Nous récupérons nos vélos à la gare en bonne santé. Nous galérons un peu à trouver un hôtel sympa et bon marché. Ici la ville est remplie de voyageurs étrangers et les prix sont un peu élevés.
Nous sommes dans l'incertitude quand à la suite du programme. Nous avons envie de traverser le salar à vélo mais c'est fortement déconseillé en saison des pluies car en cas de mauvais temps, il est impossible de se repérer. Nous allons donc probablement rejoindre Potosi à 200 km au Nord Est pour visiter les mines et pousser ensuite jusqu'à la capitale Sucre avant de rejoindre La Paz.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Cyclofamily (samedi, 31 janvier 2015 05:56)

    Votre joli récit nous rappelle de très bons souvenirs ! Super le sud Lipez ? On avait adoré aussi. Je vous mets le lien de notre vidéo sur le salar , il faut vraiment aller rouler dessus : http://www.par4cheminsavelo.fr/partager/vidéos/
    On vous souhaite une bonne continuation et le pleine de découvertes au pays des Lamas ! Bientôt le Pérou qui se profile (je fais suivre un mail bon plan dans les semaines qui viennent).
    Bises à vous 4
    Guillaume et Servane et les garçons

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis