Etape 33 : De Puno à Cusco (Julien)

Après 4 jours de repos à Puno, nous avons repris la route de Cusco. Nous attaquons raide, sans échauffement, par un mignon petit col de 4 km avec pas mal de circulation et pas trop de bas-côté. Je ne sais pas à quoi roulent les véhicules ici, mais en tout cas, ça colle aux dents. Évidemment, il pleut !

Arrivés en haut, nous disons au revoir au lac Titicaca que nous voyons pour la dernière fois et nous attaquons une grande descente en pente douce en direction de Juliaca, une ville de 200 000 habitants qui a la réputation d'être malfamée.

Au bout de quelques kilomètres, nous avons la bonne surprise d'être rejoints par nos compagnons de route du Sud Lipez, Seb et Marie. Nous faisons le chemin ensemble. Effectivement, l'entrée dans la ville ne donne pas envie d'y planter la tente. Nous arrivons pour manger et nous nous réchauffons avec une bonne soupe dans un almuerzo végétarien.

Nous sommes attendus à quelques rues de là, à la Casa de ciclistas tenue par Geovanni. Il existe 5 ou 6 Casas de ciclistas en Amérique du Sud. Ce sont des lieux d'hospitalité pour les cyclotouristes. C'est assez roots, mais on a un toit, des toilettes et un accès à la cuisine. On y rencontre Mitchel, un Colombien en vadrouille depuis presque déjà un an avec des bidons en plastique en guise de sacoches et une petite guitare.

Geovanni est un ange gardien pour les cyclos. En 5 minutes, il répare le klaxon de Seb qui n'avait finalement pas dit son dernier pouet. Ensuite, il offre des petites marionnettes à Gabin et Zoé, des bonnets à Julie et Marie. Le lendemain, il nous guide par des chemins de traverse pour éviter la circulation dense et anarchique.On longe un marché, on slalome avec les vélos-taxis et les mobylettes-taxi pour éviter les trous et après une demi heure, alléluia, nous sortons de la jungle urbaine. Muchas gracias !

A la sortie de Juliaca, on voit un gros attroupement autour de la voie ferrée. Un train rempli de touristes a percuté un collectivo. Heureusement, il n'y a pas eu de victime !

Pendant toute la journée, la route est plate, les kilomètres défilent. Seuls quelques affreux clébards viennent gâcher notre balade. On crie, on leur lance des pierres, mais les sales bestioles sont vraiment très agressives ! Par deux fois, on a vraiment failli se faire croquer. Après un pique-nique 3 étoiles sandwichs thon chips, nous disons à bientôt à Seb et Marie que nous retrouverons à Cusco. Nous arrivons tranquillement en début d'après midi à Pucara après 64 km. C'est un tout petit village. Nous y trouvons un hospedaje avec douche chaude en face de la gendarmerie. Gabin et Zoé commencent à réclamer la tente. Malheureusement, à cause du froid, nous ne voulons pas nous risquer au bivouac. C'est vrai que les enfants n'ont pas le même cadre en hostel ou en camping où ils peuvent gambader partout, courir, s'inventer des aventures sans limite. Ils veulent davantage de liberté !

Ensuite, nous avons enchaîné des petites journées jusqu'au plus haut col de notre voyage, le col de la Raya à 4 338 m. La pente n'est pas très raide mais l'épreuve n'est pas pour autant facile. Nous cherchons un peu l'oxygène, nous avons le vent de face et la pluie. Une fois franchi le col, on se dit « Chouette ! Dix kilomètres de descente jusqu'à Aguas Calientes (des sources d'eau chaudes) où nous comptons nous détendre. Malheureusement, une fois de plus, la Pachamama nous met à l'épreuve et nous descendons à 25 à l'heure en clignant des yeux pour éviter les grêlons. Arrivés à destination, nous sommes congelés et l'envie de nous mettre en maillot de bain nous est passée. En plus, en allant nous renseigner, l'ambiance est un peu « Oh regardez les gringos ! ». Une femme nous parle en Aymara et tout le monde rigole. Ce genre de petits épisodes arrivent de temps en temps. Dans ces moments-là, on se sent un peu le nègre de l'exposition coloniale. Bref, nous avons passé notre chemin et nous avons continué de descendre une trentaine de kilomètres jusqu'à la ville de Sicuani à 3500 m d'altitude. La campagne de ce côté-là est beaucoup plus verdoyante. Le soleil, de retour, a fini par nous réchauffer. Nous trouvons un super hôtel à l'entrée de la ville avec un grand jardin habité par des colibris. Gabin et Zoé s'amusent tellement qu'on décide de s'y reposer une journée entière.

Nous ne sommes maintenant plus qu'à 2 jours de Cusco. Nous sommes impatients de découvrir la capitale des Incas.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Arnaud D (dimanche, 08 mars 2015 11:56)

    Salut,
    bravo les champions pour ce col vertigineux. On vous suit à chaque fois et c'est vraiment riche en découverte. Bon courage pour la suite de votre voyage. Arthur passe le bonjour à Gabin.

  • #2

    cm&R (lundi, 09 mars 2015 21:02)

    Bonjour a vous,
    nous avons entendu parler de vous par Julien et Mylène, je ne résiste pas à vous laisser un message tant votre route me rappelle la notre, nous avons fait le même itinéraire mais en sens inverse, c'est fou ce que l'esprit peut garder en mémoire les routes, les virages, les cotés, les coins de bivouacs... vos vidéos nous font revivre tout ça !!!! Merci !!!
    bon courage pour les cols et bravo pour ce super voyage !
    Claire-Marie et Raph

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis