Etape 35: Trek du Salkantay, Machu Picchu (Julie)

Parmi le large choix des randos et autres trajets en bus qui sont possibles pour rejoindre le Machu Picchu, nous avons choisi un trek de 5 jours (ce qui est gonflé avec des enfants de 5 et 3 ans, c'est vrai...) qui passe vers les glaciers de la montagne Salkantay et qui se termine dans la jungle entourant le Machu Picchu... Nous y allons avec nos amis les Jouan.


Nous commençons notre trek dans le village de Mollepata, au milieu des montagnes verdoyantes, et surplombant une magnifique vallée... Zoé, dans ce décor à couper le souffle, fait sa première promenade à cheval. Gabin monte aussi un petit peu sur « Anita » pour se reposer les jambes...

Le soir, après avoir marché 7 heures avec un peu de pluie, et être montés de 1 000 mètres, nous trouvons notre campement au pied des glaciers. Un dîner et nous allons au lit sans demander notre reste !


Le lendemain, réveil à 4h30 (!) avec un maté de coca (une infusion avec des feuilles de coca, recommandée contre le mal d'altitude) servi dans la tente, ½ heure avant le petit-déjeuner.

Et c'est parti pour 4 heures de montée jusqu'au point le plus haut du trek (4 630 mètres!) au pied du Salkantay, puis 5 heures de descente (dans la boue et les cailloux, et sous la pluie) jusqu'à environ 3 000 mètres d'altitude... Encore une journée difficile, surtout pour Gabin, qui a quand même marché plus de 7 heures ! Chapeau ! En descendant, on voit les paysages changer et nous dormons au milieu d'une forêt tropicale.


3è jour : Réveil à 6h environ pour une petite journée : seulement 5 heures de marche, et tout ça avant le repas du midi ! Nous sommes toujours dans une forêt tropicale et nous passons à côté des arbres à fruits de la passion (il y a d'ailleurs beaucoup de cultures), des avocatiers, des caféiers, des cacaoyers et des bananiers. Encore une très jolie promenade, avec de la pluie, et des douleurs aux genoux, qui se rappellent de la descente de la veille...

Après le repas de midi, nous rejoignons une autre petite ville en bus, Santa Rosa, puis nous allons profiter de magnifiques sources d'eau chaude. Ca nous fait beaucoup de bien, et détend nos muscles, soumis à rude épreuve !


4è jour : Grasse matinée ! Nous nous réveillons à 7h30 environ et nous nous rendons à Hydroélectrica (les femmes et les enfants en taxi, et les hommes en randonnant), puis nous marchons tous le long des voies ferrées, toujours dans une forêt tropicale, jusqu'à la ville d'Aguas Calientes qui se trouve au pied du Machu Picchu.

5è jour : Enfin le grand jour ! Nous allons découvrir les ruines incas du Machu Picchu !

Et pour être parmi les premiers à entrer sur le site, il faut aller faire la queue à partir de 4h45, pour le premier bus qui part à 5h30. 20 minutes de montée pendant lesquelles nous dépassons les braves qui ont décidé de monter à pied pour éviter de se faire voler les 12 dollars que nous prend la compagnie privée du Machu Picchu... Mais il ne faut pas penser à l'argent que l'on dépense vers ce site phare du tourisme péruvien, car ici, les prix flambent !

Quand on entre sur le site, on est émus. Dans la brume du matin, notre guide commence à nous expliquer comment le Machu Picchu a été découvert, et la magie opère...

Un jour de l'année 1911, l'historien américain Hiram Bingham, de l'Université de Yale, dort chez un paysan et lui demande s'il connaît une cité perdue (que beaucoup cherchent, pour trouver de l'or notamment). Celui-ci lui parle du Machu Picchu, mais refuse d'abord de l'emmener car il a là-haut des cultures et des lamas, et il a peur que cet étranger le vole. Pour un peu d'argent, il accepte finalement, et Hiram Bingham découvre les ruines sous une végétation dense, et leur accorde enfin l'importance qu'elles méritent ! (car il semblerait que cette ville n'était pas vraiment oubliée, mais elle n'intéressait pas les habitants des alentours...) Hiram Bingham fait connaître cette ville aux Etats-Unis et dans le monde entier. (Pour l'anecdote : cet historien, qui a apparemment inspiré le personnage d'Indiana Jones, emmène dans son pays les poteries découvertes « le temps de les étudier ». Mais ce n'est qu'en 2010 que le Pérou, avec des menaces de poursuites judiciaires, récupère ces poteries de la part de l'Université de Yale...)



En haut de la colline, entourée par la partie agricole et ses terrasses qui descendent pratiquement jusqu'au fleuve Urubamba en contre-bas, se trouve la partie habitée, où vivaient environ 1 000 personnes (au vu du nombre des maisons et du système de récupération de l'eau).

Les habitations avec les gros murs étaient celles des notables. La façon de tailler les pierres est encore un peu mystérieuse. Il y a sur le site une pierre qui permet de faire des hypothèses. On suppose qu'ils plantaient des bouts de bois dans des failles de la roche, qu'ils mouillaient ensuite ce bois, qui gonflait et fendait la pierre. Puis ils devaient lisser la pierre en la frottant avec d'autres roches. (Des chercheurs essaient pourtant de fabriquer des murs à la manière des incas, mais n'y arrivent pas !)

Il y a aussi au Machu Picchu beaucoup de temples, dont le temple du Soleil, le temple du Condor, le temple des 3 fenêtres (pour les 3 animaux emblématiques des Incas : le condor pour le monde des airs, le puma pour le monde sur la terre, et le serpent pour le monde sous la terre), et un peu plus loin sur la montagne Huayna Picchu, le temple de la Lune. Des momies ont été retrouvées à côté des temples, elles sont supposées être celles des gardiens des temples.

Devant le temple du Soleil, nous écoutons, ébahis, le guide nous expliquer que lors du solstice d'été, le soleil passe à travers la porte du Soleil, située sur la montagne d'à côté, et entre par une petite fenêtre pour former une partie de la croix inca. Et lors du solstice d'hiver, la lumière du soleil passe par une autre fenêtre et forme l'ombre de l'autre partie de la croix inca. Les connaissances qu'avait le peuple inca sur les astres semblent incroyables ! Sur combien d'années ont-ils dû observer le soleil pour savoir exactement où ils devaient ouvrir ces fenêtres ?

Nous voyons aussi la maison de l'Inca. L'Inca était en fait le chef de cette civilisation, dont le territoire s'étendait de l'actuelle Colombie jusqu'au nord de l'Argentine. Pour diriger un territoire aussi vaste, il envoyait des messagers à pied. Pour parvenir au Machu Picchu, les touristes peuvent d'ailleurs suivre le chemin de l'Inca, pavé de grosses pierres lisses, que seuls l'Inca et ses messagers avaient le droit d'emprunter. Cette ville aurait été construite dans les années 1440 sous le règne de Pachacutec, qui l'aurait appréciée, puis elle aurait été délaissée par les monarques suivants. Bien sûr, tout cela s'utilise au conditionnel car aucune écriture inca n'est connue. Ils utilisaient, pour tenir compte des réserves alimentaires notamment, des quipus (un système complexe de cordes et de nœuds).

Au moment de la guerre de succession inca (en 1531, après le mort de Huayna Capac) et de l'arrivée des conquistadors espagnols dirigés par Francisco Pizarro à Cusco en 1534, la ville s'est rapidement dépeuplée, et a été laissée à l'état de ruines, vite recouvertes par la végétation tropicale.


Nous quittons ce lieu situé au cœur de la Vallée Sacrée, la tête pleine de rêves et de pensées sur cette civilisation qui avait autant de savoirs mais qui n'a duré qu'une centaine d'années, décimée par les Espagnols de Pizarro, après avoir soumis beaucoup de peuples à leur autorité...

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Antho et Manue (dimanche, 05 avril 2015 19:13)

    Pas de tout repos ! Elles sont belles vos photos !

  • #2

    Christophe NEGRE (mercredi, 06 mai 2015 15:57)

    Bonjour,
    Nous sommes une famille française en tour du monde pour 11 mois et nous venons d'arriver en Bolivie. Nous souhaiterions faire le trek de Salkantay comme vous avec notre petite fille de 4 ans. Peut-être aussi un trek en Bolivie.
    Êtes vous passé par une agence et si oui laquelle ?
    Merci pour votre récit qui nous met l'eau à la bouche et bonne continuation dans votre voyage.
    Famille Nègre (Christophe, Claire et Léa)
    Negre.christophe@wanadoo.fr

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis