Etape 42: De Tofino, Canada, à Portland, USA (par Julie)

Nous avons avancé de 800 km en 20 jours. Nous avons commencé sous le soleil la première semaine au Canada puis dans l'état de Washington, puis cela s'est gâté, le ciel s'est complètement bouché toute la semaine suivante! Plus quelques jours de pluie et du camping, cela faisait un mélange assez déplaisant. Nous avions hâte de retrouver le soleil et d'arriver à Portland, en Oregon.

Nous avons été un peu accueillis, même si nous avons trouvé moins d'hôtes qu'à l'aller. Toujours des rencontres intéressantes et qui nous permettent de creuser un peu cette société américaine aux apparences si lisses... Donna, par exemple,une dame d'une quarantaine d'années, récemment divorcée, nous explique qu'elle cherche du travail, et qu'elle ne retourne pas dans l'état d'où elle vient, où sont ses amis et sa famille, car ils lui ont dit qu'il y était très difficile de trouver un emploi. Elle nous explique que pour améliorer son CV (et peut-être se faire des contacts professionnels), elle doit d'abord travailler comme bénévole (elle cherche notamment dans les hôpitaux). Tout le monde fait ça, ou sinon, c'est très difficile de trouver un contrat.

Nous sommes également accueillis par Darren et Cyndi, un couple qui a quitté la Californie à cause de la crise et qui est venu acheter un local assez spécial pour installer un restaurant/ salon de thé. Il s'agit en effet de l'ancien poste de police/ prison/ caserne de pompier/ tribunal. (Cela donne une architecture assez particlière pour un logement!) Ils ont pu obtenir ce local, qui était prisé par plusieurs acheteurs, car ils l'ont payé cash à la ville (c'était l'argent de la vente de leur maison plus ce qu'ils avaient économisé en 20 ans de travail).

4 ans après leur installation, leur salon de thé marche très bien et ils organisent leur retraite, qu'ils prendront avant leur 50 ans, laissant leur salon à leurs 2 fils. Ils prévoient de parcourir le monde dans un camion pendant environ 10 ans. 

Nous traversons l'Etat de Washington en longeant l'Océan Pacifique et nous voyons des miles et des miles de côte sauvage, avec aucune construction, aucun village. Seulement des forêts. Au Nord de l'Etat, elles sont sauvages car c'est un parc national, mais au Sud, elle sont de nouveau exploitées, et nous recroisons beaucoup de camions transportant d'immenses troncs.

Puis nous passons en Oregon après avoir traversé un pont long de 5 kilomètres, très étroit,  où les vélos sont autorisés, mais sans toutefois avoir de pistes cyclables. Quand nous nous serrons à droite, les voitures nous doublent trop vite à notre goût et en nous frôlant. Nous décidons alors de prendre de la place sur la voie des voitures pour ne pas mourir sur ce pont. Après une super côte pour finir ce pont en beauté (et la descente qui va avec), nous arrivons dans la ville d'Astoria. Le lendemain, nous roulons jusqu'à la petite ville de Clatskanie, où nous voyons sur internet un hôtel qui s'appelle "Bike's Inn". Après un petit coup de téléphone, nous arrivons chez des gens qui ont aménagé leur garage en un petit loft, qu'ils louent à la nuit. Nous nous y sentons bien et ce n'est pas très cher, alors nous décidons de rester 3 nuits. L'autre source de revenus de cette famille est un "storage". Ce sont des petits garages que les les gens louent pour stocker leurs affaires, alors qu'ils ont déjà un garage dans leur maison. Le monsieur nous explique que le chiffre d'affaires des storages aux USA est plus important que toue les MacDo du pays! Etonnant! Mais il est vrai que nous voyons très souvent ces énormes hangars tout au long de la route. 

Encore 2 jours de vélo et nous voilà arrivés à Portland, en longeant le fleuve Columbia, et après avoir traversé l'immense zone industrielle. Dans la ville, nous voyons des rues ombragées avec des rangées d'arbres de chaque côté de la route, où les voitures laissent largement la priorité aux vélos. Il y a même des pistes cyclables bien matérialisées, peintes en vert, qui sont des autoroutes à vélos! Ca file, et avec nos grosses montures, nous sommes un peu des éléphants dans une course de lévriers! Les jours suivants, connaissant un peu la ville, nous serons plus à l'aise pour y circuler facilement et profiter des quelques jours de beau temps. 


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis