Etape 48 : Bora-Bora (Julie)

Nous avions 10 jours à passer sur « la perle du Pacifique » : l’île de Bora-Bora. Nous avions acheté à l’avance nos billets d’avion inter-îles pour nous y rendre, et c’est l’île que nous avions choisie car son nom résonnait très bien dans nos oreilles… Nous avions prévu de prendre ensuite un bateau pour aller sur une de ses voisines, l’île de Maupiti, plus sauvage. Mais, assez vite après notre arrivée en Polynésie, nous apprenons que le bateau n’assure plus la liaison entre les 2 îles, et que Bora-Bora est très jolie, avec un magnifique lagon, mais très chère et pas très authentique, avec beaucoup d’hôtels de luxe.

L’île est entourée par des « motu » ; c’est-à-dire d’autres îles en forme de couronne. Entre les 2, le lagon. Derrière le motu, l’océan. Nous atterrissons là-bas sans avoir rien réservé. La haute saison n’est pas encore commencée et on espère pouvoir négocier un peu les prix des pensions. Julien part en campagne après manger, il va demander des renseignements aux gens. Il rencontre alors Dominique, un Français qui habite à Bora-Bora depuis 4 ans et qui tient un magasin de souvenirs. Il nous propose de planter notre tente dans son jardin. Il vit avec son fils de 11 ans, Michelangelo. Pendant les 6 jours où nous restons chez eux, Gabin et Zoé profitent de leur nouveau copain.

Nous rencontrons aussi Tetuaura, une jeune fille amie de la famille, et qui habite à Bora-Bora. Avec elle et Michelangelo, nous louons des vélos et nous allons visiter la plage de Matira, réputée comme étant une des plus belles plages du monde. Et c’est vrai qu’elle est superbe! Elle fait toute la longueur d’une grande baie. On marche dans le sable blanc fin, puis on descend tout doucement dans les eaux claires, avec derrière nous les volcans qui surplombent cette partie de l’île. Toute la famille profite de ces beaux paysages. Nous voyons même des raies en nageant avec masque et tuba...

Le lendemain, nous allons visiter un canon américain, vestige de la 2nde guerre mondiale. En effet, après l'attaque de Pearl Harbour par le Japon, les Etats-Unis veulent implanter une base militaire dans le Pacifique. En 1942, des canons sont construits et 5 000 militaires américains sont envoyés sur cette île de 2 000 habitants. Ils ne partent qu'en 1946, sans avoir eu à utiliser ces canons.

Nous terminons notre séjour sur cette île dans l’hôtel Temanuhata, avec notre petite plage privée.

 

Nous sommes contents d’avoir vu cela et d’avoir rencontré Dominique, mais nous ne conseillerions pas aux gens d’aller à Bora-Bora. Le prix du billet d’avion et le coût de la vie sont vraiment exagérés. Et on a l’impression que la perle du Pacifique a perdu de son éclat : les hôtels de luxe semblent vides, une bonne partie de la route est complètement défoncée, la place en face du port n’est pas bien aménagée… Des observations qui n’échappent pas aux Jujugazou !

Derniers jours en Polynésie : retour à Moorea et Tahiti

Pour finir notre séjour, nous allons dans une petite pension sur l’île de Moorea, puis retour chez Elisabeth et Denis avec, au programme, préparation des vélos et des bagages pour l’avion. Dimanche, nous passons de l’autre côté de la ligne horaire, et nous perdons quasiment 24 heures d’un coup. ( Nouvelle-Zélande, nous voilà ! A nous l’hiver !

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis