Etape 50 : Visite de la Nouvelle-Zélande en mode vélo : allez, en selle ! (Julie, 10/09/15)

Il fait toujours froid et on doit rendre notre voiture de location. On retrouve nos bons vieux vélos ! On est très contents de les revoir, même si on sait que ça va être un peu dur. Et ce pour plusieurs raisons : en plus du froid dont je ne vous reparle pas(!), nous avons vu l’état des routes néo-zélandaises. Il y a beaucoup de côtes (mais ça nous le savions, c’est même pour ça que c’est joli…), mais surtout il y a des passages étroits, sans bas-côté pour les cyclistes, et les voitures roulent très vite ! Heureusement, sur notre chemin, il y aura parfois des trails et des routes plus tranquilles… Nous allons passer par des endroits déjà vus en voiture : Tauranga, Rotorua, le lac Taupo. Mais en vélo, nous redécouvrons les paysages d’une autre manière. 

S’il y avait du soleil tout le temps, pas de pluie, pas de vent, et plus de pistes cyclables, ce serait génial !

Grâce à nos vélos, nous avons enfin pu rencontrer des gens ! Ca nous manquait. Nous avons été accueillis par des cyclistes très sympathiques (Nous devons nous habituer à l’accent d’ici, notre pourcentage de compréhension a sacrément baissé, et nous devons souvent faire répéter les gens!) Avec nos hôtes d’un ou deux soirs, nous pouvons en savoir un peu plus sur cette société néo-zélandaise.

Michelle et Simon nous invitent à la « Graduate party » de leur fils David le jour de ses 5 ans, dans son jardin d’enfants. En effet, c’est son dernier jour ici, il va intégrer l’école dès le lendemain. C’est une possibilité qu’ont les familles néo-zélandaises. Pas facile pour l’enseignant, qui intègre des enfants tout au long de l’année scolaire… Mais, avant 5 ans, pas d’école pour les petits kiwis : des jeux et des activités selon leurs goûts ou leurs envies. Pendant la Graduate party, le petit David est assis au bout de la table avec une couronne. C'est toute une cérémonie! Avec des discours, une remise de diplôme, un échange de cadeaux. Et enfin, un buffet avec fruits et gâteaux ! Pour cette journée, le papa de David a pris une journée de congé, et sa grande soeur loupe une matinée d'école.

Margaret, une dame d’environ 70 ans, nous reçoit gentiment dans sa petite maison. Elle nous explique qu’elle apprend un nouveau métier depuis quelques mois, elle s’occupe des personnes âgées. Elle est très active, elle fait du vélo, du kayak, etc, et elle est contente d’aller travailler. Quand je le lui demande, elle me dit qu’elle aurait l’âge d’être en retraite, mais qu’elle n’aurait pas assez d’argent pour vivre. 

Erin, médecin pour une clinique privée à quelques kilomètres de Rotorua, apprend la langue maori car 80% de ses patients la parlent. Nous nous sommes fait la remarque en voiture qu’il y a beaucoup de musées avec de l’art maori (très beaux et gratuits d'ailleurs...), mais nous ne voyions pas trop de descendants de Maoris. En vélo, nous avons traversé des villes, notamment au Sud d’Auckland, qui avaient l’air plus pauvres, où vivent des Polynésiens. 

Le soir, elle et son mari Andrew passent un temps fou à prévoir avec nous notre futur itinéraire: entre les dénivelés, les routes principales, les villes ou villages où nous pourrons trouver un hôtel… c’est un vrai casse-tête !

Toni et Llewyn nous ont très gentiment accueillis 2 jours, en attendant que la pluie se passe, au bord du lac Taupo. Ils nous ont raconté leur long voyage à vélo en Asie, comme un avant-goût à notre aventure.

Côté écologie, nous avions l’image naïve d’un pays très « vert », mais parfois, nous voyons jusqu’à l’horizon des prés remplis de vaches aux mamelles surgonflées (les vaches ont remplacé les moutons car le prix du lait avait beaucoup augmenté il y a environ 10 ans), des éleveurs aspergent leurs champs d’engrais pour que l’herbe repousse plus vite, des collines entières sont ravagées aux bulldozers pour l’exploitation du bois…

Autre problème écologique auquel est confrontée la Nouvelle-Zélande : le possum, un marsupial importé d’Australie pour sa fourrure. Il n’a pas de prédateur ici et mange les œufs, notamment des kiwis, qui sont eux menacés.

Mais nous avons vu aussi de très beaux paysages : les collines arrondies et verdoyantes de la Conté des Hobbits, la baie de Tauranga, des cratères et des fumerolles vers Rotorua (dommage que l’on ne puisse pas vous faire parvenir l’odeur d’œuf qui va avec !). Nous nous sommes baignés dans des piscines d’eau chaude, nous avons goûté la glace « Oki poki »…

Bref, nous profitons malgré notre erreur de saison…

Il nous reste environ 500 kilomètres à parcourir pour arriver à Wellington, la capitale, et un peu plus de 2 semaines.

Bye bye! 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Anthony et Emmanuelle (dimanche, 20 septembre 2015 22:27)

    Salut !
    Contents d'avoir de vos nouvelles ! Apparement les connexions internet c'est pas ça ? Nous espérons que vous allez bien et que vous n'avez pas trop froid !
    Bises

  • #2

    Lili (lundi, 21 septembre 2015 16:40)

    Hello les voyageurs
    Je vous suis , je regarde souvent quand il y a des articles ! La Nouvelle-Zelande ma fille y a passer 1 an a vivre en van , elle a eu du gel a l'interieur du van ...lol ... elle était jeune ...lol elle l'ai encore .... elle a eu la chance d'aller compter les kiwis , il en reste peu donc ils sont sous surveillance !!!! Beau pays .... Enfin tout les pays sont beaux chaqu'un a leur façon ....... J'ai beaucoup aimée votre passage a tahiti car c'est quand même un peu le paradis s'il existe ......
    Bisous A Vous 4 Lili

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis