Etape 64: J'ai épousé Rambo ! par Julien

Les jours s’enchainent et se ressemblent au pays de l’Attaque de la moussaka géante. Après une sortie d’Athènes pas trop désagréable, nous avons rejoint la côte et nous suivons notre petite route de corniche. On monte de 100 m, on redescend et on recommence. La mer Egée sur notre gauche et les petites îles compensent largement les efforts ! Puis nous sommes arrivés au canal de Corinthe, un projet commencé il y a plus de 2000 ans et finalement achevé il y a un peu plus de 100 ans. Ils ont fendu une montagne en deux sur 6 km de long et 50 mètres de haut afin de permettre aux bateaux d’éviter de contourner le Péloponnèse. Impressionnant ! De là, nous avons remonté le canal et suivi le Golfe de Corinthe.

Nous avons repris notre petite routine cyclopédique avec cette fois-ci la mer sur notre droite et les Balkans enneigés en toile de fond. Dans les villages, les jeunes semblent avoir déserté le pays ! Nous ne voyons que des vieux ! Des vieux au café, des vieux qui jouent avec leur komboloï (un collier de perle), des vieux à la pêche, des vieilles dans leur robe noire, des vieux, des vieux, des vieux…  Où sont les jeunes ?

Dans les campagnes, nous slalomons entre les vergers d’orangers, de citronniers et d’oliviers. De grands filets sont tendus sous les arbres pour récolter les olives. Nous avons la chance d’être accompagnés par un grand soleil jusqu’à Patras. Nous traversons son magnifique pont à haubans, une œuvre d’art contemporaine et une prouesse architecturale de 3 km de long et c’est là que tout a dérapé…

Julie s’est donnée pour mission de donner une culture musicale aux enfants afin qu’ils ne soient pas trop déboussolés culturellement à leur retour ! Résultat, cela fait 250 km que nous roulons avec le Lac du Connemara dans la tête ! Dès qu’on voit un nuage (et il y en a eu pas mal ces jours-ci, avec de la bonne petite pluie !), ça recommence : « Des nuages noirs qui viennent du Nord, colorent la terre, les lacs, les rivières, c’est le décor du CCOOONNNEEEMMMAARRRRAAAA. (J’espère que ça ne s’attrape pas par la lecture mais en tout cas, ça m’a fait du bien de l’écrire).

De paysage de montagne en paysage de côte escarpée, nous avançons très vite car nous sommes impatients de retrouver des vieux amis, qui nous manquent tant, sur l’île de Corfu. Nous découvrons une île magnifique très différente des autres coins que nous avons vus de la Grèce. Ça grouille de vie dans la ville de Corfu ! En se baladant dans les étroites ruelles labyrinthiques, on trouve toujours une nouvelle place avec des terrasses qui nous appellent au farniente. On est rapidement rejoint par Ced qui nous a fait l’honneur de venir accompagné d’un Chablis et d’un beau plateau de fromages. On apprend avec beaucoup de tristesse que nos autres potes ne pourront pas être des nôtres. Cet ascenseur émotionnel nous fait prendre conscience de ce qui va nous arriver dans une centaine de jours ! Nous essayons de reprendre pied à coup de pitas et d’ouzo.

Ced a loué une petite voiture pour aller visiter l’autre côté de l’île. Du coup, pour rejoindre notre camp de base à une vingtaine de kilomètres, il nous déleste des bagages et des enfants. Avec Julie, on se sent comme des coureurs du tour de France, ainsi allégés ; on envoie ! On envoie tellement que Julie s’est encore fait une petite frayeur. Je roulais devant, dans mes oreilles j’ai entendu :

« Aaaaaaaaaa ! » (cri horrible) « Crrrrrrrrrrrrzzzrrrz » (vélo qui glisse sur le bitume) « Juuuuuuulliieeeennnnn ! » (appel de demoiselle en détresse)

On a eu très peur mais Julie s’en sort juste avec quelques douleurs à l’omoplate, au coude, au genou et à la hanche. Elle est directement remontée en selle, rassurante… héroïque !

Ces quelques jours sont passés bien vite ! Nous avons dit au revoir à Ced, et après avoir longuement hésité entre l’Italie et l’Albanie, nous avons finalement choisi de rester sur l’idée des Balkans.

Nous savons déjà que c’est un bon choix mais ça, c’est une autre histoire…

A bientôt !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Martine G (mercredi, 02 mars 2016 18:02)

    Bonjour les Jujugazou ! et même avec un gros pull, Julien reste en claquettes ...
    Bon, le Cooonneeeemaraaaaa, c'est pas en Grêce hein ???
    de très jolies couleurs encore, à bientôt
    Martine

Heureux qui comme Ulysse...

Dernières news

  Suivez-nous sur Facebook...

       avec "Juju Gazou"

Sites amis